Les infections herpétiques sont le plus souvent bénignes, voire totalement asymptomatiques (sans aucun symptôme apparent), elles sont extrêmement répandues.

La maladie de l’herpès se manifeste par signes cutanés et muqueux très variables, souvent gênants, parfois invalidants du fait de la douleur, sinon désespérants par leurs récidives.




Lorsque l’herpès est logé sur le visage, il correspond généralement à l’herpès labial, c’est le classique «  » qui se focalise sur le pourtour des lèvres. S’il atteint les yeux, il peut altérer la vue, mais il peut aussi se développer sur d’autres parties de visage comme le nez, les narines, le menton, les joues, se loger à l’intérieur de la bouche, mimant alors les aphtes, ou sur les doigts.

Ce type d’herpès est de type HSV-1, acquis durant la petite enfance.

(L’herpès génital touche les organes génitaux ou leur proximité (fesses et cuisses), acquis majoritairement pendant la période d’activité sexuelle. Dans ce cas, on parle de virus de type HSV-2 ).

bouton de fievre ou herpès labial

L’herpès labial ou bouton de fièvre

La contagiosité de l’herpès labial

En France, on estime que plus 10 millions de personnes souffrent du virus de l’herpès, à des degrés différents et sur des localisations variées.

L’herpès labial est extrêmement fréquent puisqu’un tiers de la population déclarait avoir eu au moins une fois un « bouton de fièvre », selon une enquête menée par la Sofres en avril 1991. Le nombre annuel moyen de poussées était de 2,4 et environ 650000 personnes se plaignaient de plus de 6 poussées annuelles.

Le premier contact avec le virus de type 1, responsable le plus souvent des herpès du visage, se fait durant la petite enfance, généralement entre l’âge de 6 mois et 4 ans. Jusqu’à l’âge de 6 mois, l’enfant est protégé par les anticorps de sa mère permettant de lutter contre le virus. Une estimation fait état que près de 70% des français ont été en contact avec le virus, mais tous ne développent pas pour autant un « bouton de fièvre » Voir l’article  sur la transmission de l’herpès.

La transmission du bouton de fievre

La transmission du virus responsable du bouton de fievre, virus fragile, nécessite des contacts étroits entre individus. Elle se fait par contact direct avec des lésions d’herpès ou des secrétions contaminées, comme la salive, les larmes et se fait le plus souvent par un simple baiser.

Une lésion même minime de la peau favorise la transmission du virus.

Dans la région labiale : sécheresse de bouche, gerçures, tic de mordillement …

Hormis la contamination par contact direct avec une personne infectée, la transmission peut également se faire à soi-même, sur une autre partie de son corps par auto-contamination (par l’intermédiaire des doigts le plus souvent).

Une transmission indirecte du virus est très rare ; virus particulièrement fragile, il ne survit que peu de temps dans le milieu extérieur.

La transmission par un animal n’est pas possible.

Pour le cas particulier de la transmission du virus de l’herpès de la mère à l’enfant, en cas de grossesse, consultez l’article cité plus haut sur la transmission de l’herpès.

Pendant combien de temps un bouton de fièvre reste contagieux ?

La contagiosité débute dès l’apparition des premiers symptômes, avant l’apparition des vésicules et dure de 2 à 4 jours. Plus un bouton de fievre sera conséquent alors plus le risque de transmission sera élevé, il sera alors extrêmement contagieux. Mais il existe dans de moindres proportions, en dehors de ces périodes, alors qu’aucun symptômes n’est apparent (excrétion asymptomatique) et dure dans ce cas en moyenne 1 jour et demi.

contagiosite-virus-herpes

Le virus de l’herpès est très contagieux

Pour reconnaître les symptômes du bouton de fièvre, consultez l’article sur la transmission.

Le bouton de fievre ou « feu sauvage« , se caractérise par une tendance à réapparaître, presque toujours au site d’inoculation ou à proximité. Ces récurrences ou répétitions peuvent prendre différentes formes, soit discrètes, se limitant à une simple gêne avec une rougeur que l’on peut confondre avec une irritation qui régresse spontanément, soit importantes, sources d’inconfort majeur.

Avant que le bouton de fièvre n’apparaisse, la personne ressent des picotements, démangeaisons ou une sensation de brûlure. Puis survient une rougeur et des vésicules.

Une fois la personne contaminée, le virus de l’herpès devient latent. Au cours des 18 premiers mois suivant la primo-infection (première infection), le virus HSV-1 se réactive fréquemment.

La fréquence des récurrences diminue avec l’âge en règle générale.

Pour aller plus loin,  vous aimeriez aussi surement ces articles :

Et cette vidéo documentaire :

Ressources complémentaires :

http://www.caducee.net/DossierSpecialises/dermatologie/herpes-labial.asp

Sources : L’Herpès, Que sais-je ? Philippe G. Judlin. Association Herpès